Henri Rochefort
(Paris, 1830 - Aix-les-Bains, 1913)


Henri de Rochefort-Luçay, dit Henri Rochefort, témoigna dès sa jeunesse de talents variés. Il se révéla très vite par ses chroniques alertes et mordantes du Nain jaune, du Figaro et du Soleil comme un journaliste de combat. Il s'attira une popularité retentissante, ainsi que des inimitiés qui se soldèrent par quelques duels. Il mena une violente campagne contre l'Empire, d'abord dans La Lanterne dont le premier numéro porte la date du 1er juin 1868, puis dans La Marseillaise (1869) et comme député de Paris. Le meurtre du journaliste Victor Noir par le prince Pierre Bonaparte le poussa à des violences dont le résultat fut une condamnation à six mois de prison et 3.000F d'amende. Libéré à la chute de l'Empire, il devint membre du gouvernement de la Défense nationale, mais il refusa de faire partie de la Commune, il fut condamné à la déportation; la sentence fut exécutée par le ministère de Broglie. Il s'évada de la Nouvelle-Calédonie en 1874. Il rentra en France avec l'amnistie de 1880. Il créa aussitôt L'Intransigeant, organe de revendications radicales et socialistes à l'origine. Partisan du général Boulanger qu'il suivit en Belgique (avril 1889), il s'établit à Londres, pour ne rentrer en France qu'en 1895. Il livra de nombreuses campagnes contre le scandale de Panama, contre les défenseurs de Dreyfus, en faveur d'un nationalisme intégral. Outre ses articles dans les journaux, il publia de nombreux ouvrages: Les Français de la décadence (trois volumes formés de ses principaux articles, 1866), La Grande Bohème (1867), Les Dépravés (1876), L'Aurore boréale (1878), L'Evadé (1880), Les Naufrageurs (1881), Les Aventures de ma vie (1896-1898).

Tome 1

Tome 2

Tome 3

Tome 4

Tome 5