Paul Deschanel
(1855-1922)


      Après des études de lettres et de droit, Paul Deschanel sert dans des cabinets ministériels et dans la Préfectorale avant d'être élu député en 1885.
      Vice-président en 1896, il succède à Henri Brisson à la présidence de la Chambre du 9 juin 1898 à la fin de la législature, le 31 mai 1902. Léon Bourgeois le remplace.
      Il retrouve le « perchoir » du 23 mai 1912 au 10 février 1920. Élu le 18 février 1920 par le Parlement réuni en Congrès à la présidence de la République, contre Clemenceau, il démissionne en septembre 1920, pour raison de santé.
      Écrivain, critique littéraire il avait été admis à l'Académie française en 1899.

      Le souvenir que Deschanel laissera dans l’histoire sera plus qu’anecdotique. Le personnage est peu conventionnel. On lui reproche des bains de foule inopinés, de quitter un banquet avant son terme ou de prononcer deux fois le même discours. Quelques mois après son élection à la Présidence de la république, on le retrouve une nuit en pyjama divaguant le long d’une voie ferrée. Il est tombé du train présidentiel en se penchant par la fenêtre. Heureusement pour lui, sur une voie en travaux, le train ne roulait pas bien vite. On prétendra aussi l’avoir retrouvé barbotant pratiquement nu dans un bassin du château de Rambouillet et d’autres excentricités souvent dénuées de fondement vont lui être attribuées faisant les choux gras des chansonniers, caricaturistes et de la presse satirique.
      En fait, Paul Deschanel souffre d’une profonde dépression qu’aggravent les responsabilités de sa fonction présidentielle. Alors parfois son comportement semble altérer mais en aucun cas, il ne semble présenter le moindre signe de démence. Après sa démission de la Présidence de la république, le 20 septembre 1920 suivie de quelques mois de repos, il sera élu sénateur d’Eure et Loir avant de disparaître en avril 1922, victime d’une pleurésie à l’âge de 67 ans.