Elie Jules Delaunay
(Nantes, 1828 - Paris, 1891)

 Fils d’un commerçant cirier, Delaunay manifeste très tôt des prédispositions pour le dessin. Son père s’oppose pourtant très vite au talent naturel de son fils, estimant que la peinture ne fait pas vivre.
      Delaunay fréquente à l’Externat des enfants nantais, un établissement élitiste où il fait la connaissance du peintre Joachim Sotta, gloire locale. Sotta juge le talent de Delaunay assez sûr pour lui donner des cours pendant un an.
      Pendant son séjour à Paris en 1846, Sotta le présente à Hippolyte Flandrin, célèbre peintre, élève préféré d’Ingres. Celui-ci va le prendre sous son aile et l’aider à progresser. Le 7 avril 1848, Delaunay s’inscrit à l’Ecole des Beaux-arts de Paris dans sa classe.
      Jules-Elie Delaunay obtient tardivement le grand prix de Rome en 1856 ; en Italie, il étudie les antiques, Raphaël et les maîtres du Quattrocento. Il se spécialise dans le portrait et la grande peinture d’histoire.
      Dès cette époque, il expose avec succès au Salon à Paris. En 1861, à son retour de Rome, il reçoit de nombreuses commandes décoratives en particulier pour le nouvel Opéra construit par Garnier et le Panthéon où il retrouve son ami Puvis de Chavannes.
      Ami de Gustave Moreau, membre de l’Institut, professeur à l’Ecole des Beaux-arts de Paris, officier de la Légion d’honneur, Delaunay se révèle comme Paul Baudry un artiste officiel.
      Il dévoile son talent de portraitiste délicat, mais aussi de peintre d’histoire héritier du classicisme d’Ingres autant que du Seicento italien (les Carrache ou Pierre de Cortone).
      Delaunay parcourt avec un égal bonheur tous les chemins artistiques du XIXe siècle. De Nantes à Rome, via Paris, il fréquente les plus illustres artistes de son époque, souvent rencontrés à Rome: Edgar Degas, Henri Chapu, Jean-Jacques Henner, Gustave Bourgerel, Alexandre Falguière, Paul Dubois notamment Gustave Moreau son ami de toujours.
      A sa mort, en 1891, Delaunay laisse en héritage un œuvre délicat, exigeant, érudit.


Son père

Auto portrait

Sa mère


Madame Mestayer

Stéphanie Brousset


La Punta Campanella

Retrouvez ces tableaux et bien plus encore
en cliquant ici