Laurence Dupontreue

      Née à Paris, de racines méditerranéennes et briardes, juriste de formation, elle sacrifie sa future carrière d'avocate pour se consacrer aux études de ses deux garçons jusqu'à leur départ en pension.
      Elle s'en trouva fort dépourvue et s'adonna alors aux tourments et aux joies de la peinture, 26 ans après que Jacques Vallery-Radot lui eut transmis le virus de cet art à la suite de ses expositions dans la galerie de Denise Valtat, rue de la Boétie C'est ainsi qu'elle rejoignit l'Union Centrale des Arts Décoratifs aux ateliers du Carroussel du Louvre.
      Laurence Dupontreué peint pour elle, par amour de l'Art. Elle y exprime les réminiscences de son passé, les joies et les peines de son présent.
      Elle aurait pu rejoindre les artistes du Romantisme en leur temps, eux qui par ce courant nouveau exprimèrent de suivre librement leur inspiration, refusant de réduire leur art aux sujets imposés par des commanditaires. Tout comme eux, elle exprime son monde intérieur, ce qui l'émeut..
      Ainsi, elle propose une valorisation de la réalité intérieure et mystérieuse dans un style personnel et pudique.
Elle utilise régulièrement le thème animalier qui est employé comme un indice ambigu ou comme métaphore pour transcrire la complexité de l'esprit de l'homme moderne et des rapports qu'il entretient au quotidien avec ses semblables.
      La grande diversité de ses œuvres prouve sa polyvalence technique et esthétique. Cependant, elle est fortement influencée par les grands maîtres du cubisme, du symbolisme et particulièrement du fauvisme... Elle reconnaît volontiers l'empreinte de Matisse sur l'inspiration qui a motivée ses débuts dans la peinture. Tout comme le Maître, la couleur est exaltés, un rappel à la lumière méditerranéenne de ses origines grecques et un clin d'œil à celui qui réalisa des œuvres chromatiques à la lumière des villages de Provence.
      Laurence aime Matisse, tout comme elle aime Van Gogh (elle donna d'ailleurs le prénom de Vincent à son fils aîné) mais aussi Braque, Giacometti, Claudion... et Latapie dont elle habite aujourd'hui la demeure à Seine-Port... et si l'âme du peintre veillait sur elle...