L'origine du nom L'origine du nom pourrait être Bas Lory, Lory provenant soit de Loure (louve) selon Françoise Anglaret, soit de Larris ou laris (lande, friche, sol en pente en vieux français), selon Paul Bailly qui cite un lieu-dit en Seine et Marne appelé Bas Larris. Le cours Le Ru de Balory prend sa source dans les marécages près de la ferme des Eprunes, au nord de Pouilly le Fort. Son bassin versant couvre environ 5000 ha. Au long de son cours d'environ 12 km, il traverse Pouilly-le-Fort, Vert Saint Denis, Cesson, Noisement et se jette dans la Seine à Seine Port. Il reçoit aussi les eaux de ruissellement de Nandy et de Savigny le Temple via  le Couleuvrain, son affluent qui le rejoint en aval de Cesson. Son débit normal résulte des infiltrations dans les champs et de la nappe phréatique, il augmente de 2 m3/s à Pouilly, puis 10 m3/s à Cesson et environ 40 m3/s à Seine Port.

A noter qu'à la suite des fortes inondations de 1988, les riverains se sont regroupés dans une association très active pour protéger le Ru de Balory contre la pollution et maîtriser ses débordements. Des informations détaillées sont disponibles auprès de M. C. Garcia-Aranega, Association du Ru de Balory, 40, le Pré aux Canaux - 77240 VERT SAINT DENIS.

 

Le Ru de Balory



La source du Balory,
à la Ferme des Eprunes
Le Couleuvrain, peu avant le confluent

Les lavoirs

Les trois lavoirs de Pouilly le Fort


A droite, une source qui alimente le lavoir, qui se déverse ensuite dans le Couleuvrain, à gauche

Le lavoir de Savigny, sur le Couleuvrain Le lavoir de la rue Dionet, à Vert Saint Denis, transformé en W.C. public !

 

Le lavoir de Saint Leu,
dont le toit mériterait d'être réparé !


Amont

 

 

Aval

Le lavoir de Noisement


Agrandir Agrandir
Les lavoirs de la rue du Vieux Moulin et de la place de Mme de Montesson, à Seine Port

Les six moulins

L'histoire connue des six moulins situés entre Noisement et la Seine remonte jusqu'au XII ème siécle.

Le Moulin des Forges à Noisement (dont la rue principale porte encore le nom) était la propriété des Templiers en 1197. Il appartint ensuite à Charles de L'Hospital, écuyer seigneur de Vitry et de Nandy au XIII ème siécle, puis à Messire Philippe Lefèvre au milieu du XVIII ème siècle.

Le Moulin Pessard ou Collemart, fief de la seigneurie de Seine Port comprenait un hôtel avec dépendances. Vers 1380, il appartenait à un nommé Gilles lemaire. En 1384, il devint la propriété du Prieur Saint-Jean de Corbeil, puis des seigneurs de Seine Port. Jean de Vaudelar, seigneur de Pouilly, l'acheta en 1391 à Jean V de Seine Port, puis l'hôtel disparut peu après. En 1603, c'est Pierre Beauchesne, valet de chambre de Henri IV qui  devint propriétaire du moulin, puis  son frère, l'abbé Beauchesne, qui en hérite en 1650. Le moulin a cessé de tourner en 1876. Ses derniers propriétaires au XIX ème siècle ont été M. Jeannote de Bozérian, député et avocat à la cour de Cassation, et M. Jean-Louis Legrand. Le moulin est actuellement la propriété de Maître Laroche, notaire à Melun.

Le Moulin Eustache ou Moulin Feulen installé en aval a disparu vers 1416.


Le Moulin Neuf, aussi appelé Moulin du Val au XVII ème siècle, fief de la seigneurie de Seine Port, comprenait en 1362 une maison avec moulin, granges, jardin et colombier à pied, le tout sur un arpens clos de murs. Les principaux propriétaires de ce moulin, arrêté en 1870, furent Jehan Saussebernard, écuyer, seigneur de Génouilly en 1362, madame Marie de Montmoré, dame de Brie Comte Robert en 1416, Guillaume d'Harcourt, vicomte de Melun en 1467, M. Montemart, manufacturier en 1790, et M. Paul Legrand en 1882. Le moulin est actuellement la propriété de la famille Paillard.

Le Vieux Moulin, aussi nommé Moulin Paillard ou Pallard formait fief. Il était possession de l'Abbaye de Sainte Assise en 1145-1166 et payait au seigneur de Saint Port une redevance anuelle de six deniers. Parmi ses propriétaires, on trouve Jean de Saint Port, Jean de Vaudelar, seigneur de Pouilly, les barons de Seine Port, Geneviéve de la Barre, Antoine de Benoist, Catherine Gon, Jean de la Chapelle, Jean-Baptiste Glucq, Jean-Baptiste François de Montsellé, la marquise de Montesson ... En 1785, François Perrault, aidé par le duc d'Orléans, y a installé une manufacture de ganses. On trouve ensuite les noms du comte de Provence en 1787, de la duchesse de Kingston en 1788, et de Sir Glower de Wispengton en 1789. En 1796, la manufacture est dirigée par les familles Estienne et Montemart. En 1820, mademoiselle Amélie du Rosoir fit transporter la manufacture à Boisette et en 1845, le moulin fut transformé en féculerie. Le moulin est actuellement la propriété de M. et Mme Dupontreué.

Le Moulin d'Oyson se trouvait près de la Seine et de l'Hôtel Travers (club de voile). M. de Caumartin, propriétaire en 1613, le louait pour 18 livres au meunier. Le moulin s'arrêta en 1860 puis disparut.

D'autres aperçus sur le Ru :

Le Ru de Balory traverse la rue Legouvé à Seine Port

A travers le Parc de la Baronnie

Passage sous la rue de Croix Fontaine et arrivée rue Déjazet

On approche de la Seine ...

Et c'est le confluent au niveau du Club de Voile !

Découvrez son parcours dans : Seine-Port, son Histoire, son Musée